Entretien du Nippon to

Entretien du Nippon to

Comment Manipuler et prendre soin des sabres.

( tentative de traduction du manuel donné à l’entrée du musée du sabre de Tokyo)

Traditionnellement, le sabre japonais a été un trésor le plus important de la population japonaise. Nous devons faire ce que nous pouvons pour la préserver afin de rendre hommage à nos ancêtres qui ont créé une telle grande forme d’art. Les sabres doivent être traités avec grande précaution afin de de ne pas blesser le manipulateur. Précautions pour les protéger des égratignures et de la rouille sont également nécessaires.

I. Précautions à prendre lors de la manipulation de la Nippontô

(1)      Tous les épées, qu’elles soient enfermés dans des fourreaux en bois clair et des poignées (shirasaya) ou supports formels (Koshirae), doivent être maintenues dans leurs étuis. La tête du fourreau (Kojiri) doit aller en premier dans le sac pour éviter la possibilité d’une chute accidentelle.

(2)     Pour transporter un sabre, le fourreau (saya) doit être tenu avec la main droite. La poignée (Tsuka) doit être mise en place et la lame vers les bas. Cette mesure permettra d’éviter des accidents dangereux.

(3)     Chaque fois que l’on tire  une épée montée hors de son sac ou fourreau, assurez-vous que la position de la poignée ne descende pas plus bas que le fourreau.

(4)      La carte d’enregistrement doit être soit lié au fourreau ou cousue sur l’étui. Le propriétaire d’une épée au Japon a une obligation légale de conserver une épée et sa carte d’enregistrement ensemble.

II. Comment sortir un sabre hors du fourreau et le remettre

(1)   Pour faire ressortir un tachi ou katana, il faut maintenir le tranchant vers le haut et saisir le fourreau dessous dans la main gauche dans une position de saisie en avant. Ensuite, maintenez la poignée par le haut avec la main droite.

(2)   Si le fourreau est assez serré pour s’adapter à l’ouverture (Koiguchi) et le collier (habaki), l’attraction initiale doit être faite avec beaucoup de soin afin que seule la longueur du collier soit sortie. Donner une traction subite puissante ne peut que nuire à l’ouverture du fourreau, mais aussi pourrait aboutir à une secousse incontrôlable et entraîner des blessures. Maintenir encore la lame, tirez complètement hors du fourreau très lentement en s’assurant que le tranchant ne soit jamais dirigé vers le bas ou le côté.

Quand une lame est replacée dans le fourreau, celui-ci doit être tenu par la main gauche et la poignée de la main droite, comme dans le processus de sortie au départ. Le tranchant dirigé vers le haut devez d’abord reposer doucement sur l’ouverture du fourreau

Encore une fois, maintenant la lame, faites glisser la lame le long du fossé (dos) du fourreau. Lorsque le collier atteint l’ouverture de l’affaire, une poussée ferme est nécessaire pour assurer le blocage. Comme avant, la pointe ne doit pas face vers le bas ou latéralement.

III. Méthode de la maintenance

Le but principal de l’entretien du sabre est de s’assurer que la surface de l’acier ne s’oxyde pas ou rouille. Par conséquent, il est nécessaire d’enlever complètement l’huile viciée et de la remplacer entièrement avec de l’huile neuve. La section suivante décrit les outils utilisés et l’ordre des opérations de l’entretien de sabre.

 

A) Outils

1 Mekugi-nuki: Un outil pour enlever la cheville (mekugi) qui maintient la lame dans le manche, généralement en laiton ou en bambou.

2 Uchiko: la poudre fine de pierre à aiguiser (30-35g) destinée à nettoyer la surface de la lame. Tout d’abord, enveloppée dans du papier japonais à la main appelé Yoshino-gami, puis remis en forme par du coton ou un chiffon de soie, elle passe à travers des matériaux d’emballage lorsque on tapote sur la surface de la lame.

3 Nugui garni: Haute qualité du papier épais japonais, doit être soigneusement froissé pour adoucir et éliminer les éléments grossiers et poussiéreux, pour essuyer la surface de la lame. Il y a deux raisons pour  la fonction d’essuyage, l’une pour l’élimination préliminaire des huiles usées et l’autre pour l’élimination de la poudre. Lors de l’utilisation de flanelle, le tissu doit être lavé, désamidonné dans l’eau, puis séché.

4 Abura: Une huile antirouille, de clou de girofle appelée choji.

5. Abura-nuguishi : Papier utilisé pour répandre l’huile sur la surface de la lame. Une pièce de flanelle pour essuyer.

6. Autres : un marteau en bois, et du benzene si nécessaire.


B) Procédé entretien de sabre

  1. Déposer la lame montée et pousser la cheville en préparation pour enlever la poignée.
  2. Tirez la lame hors du fourreau.
  3. Pour retirer la poignée, tenir l’extrémité avec la main gauche sur le côté où le dos de la lame est en forme, garder la lame en position légèrement inclinée verticale. Utilisez le poing droit pour frapper le poignet gauche légèrement à quelques reprises. Lorsque la soie (nakago) devient légèrement desserrée dans la garde, répéter jusqu’à ce quelle sorte de la poignée par elle-même. Quand il ya assez de place pour saisir la soie, la lame peut être retiré de la poignée de la main droite.
  4. Attention de ne pas frapper le poignet gauche trop dur avec la main droite car il ya un risque que les lames avec soies courtes comme les tanto rebondissent hors de la poignée entièrement. Par conséquent, l’impact initial doit être léger, juste pour vérifier comment bien la soie est fixée à la poignée. Ensuite, la force des coups subséquents doivent être ajustés en conséquence. Lorsque la lame est retirée de la poignée, la cheville retirée de la poignée doit être remplacée.
  5. Si la lame est montée dans un Koshirae plein, d’autres accessoires tels que la garde (tsuba) et les entretoises (seppa) des deux côtés de la garde en plus du collier « doivent être remplacé. Quand le collier est trop serré pour le sortir, il peut être desserré en la frappant avec un marteau en bois sur le dos (mune) après avoir recouvert le collier avec un tissu de protection.
  6. Le processus d’essuyage nécessite  deux morceaux de papier. Le premier supprime la vieille huile et la poussière, ce qui est appelé nettoyage préliminaire. D’abord placer le papier de nettoyage sur le dos et pliez-le en deux autour de la lame. Puis, maintenir la lame recourverte par le papier depuis l’arrière de sorte que le pouce et l’index tiennent chaque côté de la lame par-dessus papier.
  7. Peu de force est nécessaire pour essuyer la lame vers le haut, dans un sens, à partir de la base. Lorsque le papier de nettoyage atteint la pointe, être particulièrement prudent en frottant légèrement. Pas de pression ou de frottement doit être mis sur ce point. Lorsque l’expertise est atteint, l’action d’essuyage peut aussi être dans les deux sens, de haut en bas. Le manque d’expérience pourrait causer la découpe de papier ou même les doigts, ce qu’il faut éviter.
  8. Dans le cas où l’huile ne peut pas être retirée facilement, du coton ou de gaze trempée dans de l’alcool ou du benzène pur peut être utilisé de la même façon comme l’ essuyage décrit ci-dessus.
  9. Le poudrage commence à partir de la base vers la pointe face à la lumière, le mouvement caressant uniforme pour couvrir la surface de la lame. Puis tourner la lame et commencer à caresser de la pointe vers la base.
  10. Ensuite, utilisez l’autre feuille de papier pour essuyer la poudre de la surface de la lame de la même manière que décrit dans (5) dans cette section. Si le pétrole reste, un peu plus de saupoudrage et d’essuyage est nécessaire.
  11. Lorsque la surface est parfaitement propre, vérifier la présence de rouille, de défauts et d’autres dommages. Puis, sans remettre la poignée, pièces jointes et autres cols, seule la lame doit être replacée dans le fourreau.
  12. Il convient de noter que les deux types de papier d’essuyage utilisés dans ce processus ne doivent pas être échangés et doivent avoir des fins distinctes, préliminaires et finales.
  13. Puis re-huiler avec un morceau de papier, ou de la flanelle désamidonné, plié en taille 6cm x 3cm et trempée dans de l’huile fraîche, complète l’entretien du sabre. Lorsque le document est prêt, l’épée doit être tirée hors du fourreau à nouveau. Après la plaçant dans la main gauche, placez le papier huilé sur le dos pour faire le même mouvement que décrit dans le processus d’essuyage. Pour s’assurer que la surface de la lame est complètement recouverte d’huile, répétez la même procédure plusieurs fois. Tout comme dans l’essuyage, le maniement du sabre ainsi que celui du papier d’huilage doit être soigneux.

Le papier doit contenir la bonne quantité d’huile de sorte qu’aucun excès d’huile ne déborde et endommage le fourreau. L’huile doit être étalée en couches fines et uniformes.

  1. C’est une bonne idée d’appliquer de l’huile à la surface de la soie avec les doigts. Cependant, une quantité excessive d’huile doit également être évité ici.
  2. Remettre le collier et envelopper la lame provisoirement dans le fourreau. Enlevez la cheville de la poignée, tirer la lame du fourreau, le tenir dans la main droite dans une position presque verticale, soulevez la poignée de l’autre main, et remettre le tenon dans la poignée. Maintenez la lame dans la poignée avec la main gauche et appuyez sur le bas de la poignée légèrement avec la paume de la main droite de sorte que la soie s’installe fermement dans la poignée. Lorsque la soie est fixée dans sa position idéale, remplacez la cheville.

Ensuite, passer la lame à la main droite, ramasser le fourreau et faites glisser la lame dedans de la manière décrite à la section II. Inutile de dire que les autres parties comme les entretoises et garde d’épées entièrement montés doivent également être replacées en ordre respectif avant que la poignée soi mise sur la soie.

  1. Les méthodes de traitement et de soins pour d’autres formes de lames telles que des lances (yari) et hallebardes (naginata) sont les mêmes. Les lances doivent être manipulées avec beaucoup d’attention, sinon vous pourriez vous blesser. En outre, les poignards de double tranchant type (ken) sont très dangereux.

Les outils entretien de sabre doivent être parfaitement propres, de la poussière collée sur le chiffon d’essuyage ou papier huilage pourrait provoquer des rayures sur la surface de l’acier. La protection de ces surfaces qui ont été les plus polies finement graduées à travers les processus impliquant plus de dix sortes de pierres à aiguiser de finesse différente et la dureté est critique.

 

IV. Préservation du Nippon To

Les aspects les plus importants de la préservation des lames sous quelque forme est de les protéger contre la rouille et les rayures.

Les précautions à prendre pour maintenir la Nippone en bon état sont les suivants:

1. Malgré un entretien régulier et au huilage, la rouille peut se développer dans des endroits de la lame. En général, quand la rouille prend place la où la lame touche le fourreau, il doit être réparé par un spécialiste. Ou, lorsque le fourreau est très ancien, son intérieur peut être contaminé par la rouille et la saleté, ce qui provoque la rouille de l’acier. Dans un tel cas, le fourreau doit être remplacé.

 

  1. Depuis le koshirae fonctionne comme un costume pour s’habiller, une lame a besoin d’un fourreau et d’une poignée en bois naturel, ce qui serait, pour ainsi dire, des vêtements décontractés pour une lame. Il est de préférable  d’entreposer une lame dans son équipement occasionnel de sorte que lorsque la surface de la lame commence à rouiller le fourreau en bois peut être facilement nettoyé à l’intérieur en divisant l’ouvrir en deux moitiés verticales, qui sont simplement attachées ensemble avec une pâte à base de riz cuit.
    Ne pas utiliser de substances chimiques  pour fixer les parties du fourreau et la poignée.
  2. Si une lame devait commencer à la rouille, aucune réparation inexpérimentée comme frotter la rouille avec une spatule ou l’arête d’une pièce de monnaie permettrait d’améliorer sa condition, mais elle est plutôt  susceptible de l’aggraver et nécessite un surcroît de travail pour lisser la zone endommagée. Il doit être confié à un spécialiste du polissage, comme une personne malade devrait aller voir un médecin spécialiste.

4. Peu après le polissage une lame est particulièrement vulnérable à la rouille, le nettoyage et la lubrification doit être effectuée de préférence tous les dix jours pendant environ six mois.

  1. Pour conserver un sabre, il est inconvenant de le maintenir dans une position penchée, car cela provoquerait la descente de  l’huile  le long de la surface de la lame et ferait une flaque.
    Il est nécessaire de les conserver dans un endroit sec, prévu.
    L’idéal serait de les garder dans des tiroirs en bois de paulownia. L’utilisation de boules de camphre ou de naphtaline pour protéger la caisse contre les insectes foreurs doit être évitée. Il provoquerait de la rouille sur l’acier.
  2. Bien que les conditions sèches soient préférables pour les épées, les récipients en bois ou les supports nécessitent de l’humidité. Par conséquent, le lieu de conservation des épées doivent être très soigneusement sélectionnés.

Nippon Bijutsu Tôken Hozon Kyôkai

The Japanese Sword Museum
42510, Yoyogi, Shibuya-ku, Tokyo 151-0053

Tel. 03-3379-1386 7

http://touken.or.jp

 

No Comments


Leave a Comment